Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus OK
Vous êtes ici : Accueil / Quoi de neuf ? / Cartes blanches / Bruxelles peut devenir le cœur numérique de l’Europe

Bruxelles peut devenir le cœur numérique de l’Europe

Saskia Van Uffelen, CEO Ericsson Belux
Illustration de l'actualité - cliquer pour agrandir

Saskia Van Uffelen

Il importe que Bruxelles se prépare dès maintenant aux opportunités numériques de demain. Bruxelles regorge de start-ups spécialisées dans les smart cities. C’est ce qu’a clairement démontré la troisième édition de la Brussels Digital Week en octobre 2017. Mais pour que ces initiatives numériques puissent fleurir à long terme, il faut absolument une politique numérique efficace, où l’enseignement et la politique ont des rôles importants à jouer.

De nos jours, le réseau 4G reste encore la norme. Cette vitesse suffit pour télécharger rapidement des photos et vidéos de quelques méga-octets, mais, bientôt, quand il s’agira de partager des vidéos de réalité virtuelle, il faudra un réseau plus rapide. Dans les coulisses, depuis des années, on prépare déjà un réseau 5G ultra-rapide. Celui-ci constituera la base de l’Internet des Objets, un réseau gigantesque qui reliera entre eux des milliards d’appareils : ordinateurs et smartphones, mais aussi des applications novatrices telles que les caméras vidéo intelligentes, les voitures autonomes, les frigos intelligents, les lunettes de réalité virtuelle, etc. Pour l’instant, on est encore en pleine expérimentation, mais selon les analystes, le premier téléphone 5G commercial devrait probablement garnir les rayons dès le début 2020.

Il importe que Bruxelles se prépare dès maintenant aux opportunités numériques de demain. Les universités offrent une plate-forme où les start-ups et d’autres entreprises peuvent développer et tester de nouvelles applications. Depuis le 1er janvier, Ericsson déploie un réseau 5G sur le campus de Corda Campus à Hasselt et, même si Bruxelles teste aussi de nouvelles technologies avec l’Innovation Centre, l’esprit d’entreprise numérique de notre capitale pourrait s’exprimer de manière plus complète, plus spécifique et plus rapide.

Si nous voulons que la Belgique joue un rôle clé sur le plan des technologies de l’information, nous devons faire de Bruxelles un théâtre vivant du numérique, dont les universités, les entreprises et les start-ups seraient de puissants coproducteurs. Avec sa situation stratégique au centre de l’Europe, Bruxelles possède à tous égards la capacité de prendre en main la direction de l’agenda numérique et d’allier les technologies, les compétences numériques et les objectifs économiques.

Une approche efficace commence par les personnes qui emploient les outils. Seuls quatre travailleurs sur dix disposent aujourd’hui des compétences numériques appropriées. Nos enfants posséderont de solides compétences numériques pour pouvoir participer à la nouvelle économie complexe. Il importe donc d’investir dans l’éducation permanente et dans le développement numérique de l’enseignement. Une initiative telle que BeCentral, un hub numérique dans la Gare centrale de Bruxelles où des gens de tous les âges pourront suivre des labos numériques, a bien compris le message. Pour veiller à ce que la population active se prépare de manière optimale aux défis qui voient le jour, davantage d’espaces de rencontre et lieux de travail tels que celui-là sont les bienvenus.

Le monde politique aussi joue un rôle important, en prévoyant une infrastructure qui permettra aux entreprises de surfer sans souci sur cette vague de transformation. Car de nombreux défis d’infrastructure attendent à coup sûr la 5G. Actuellement, il n’existe, en effet, encore aucune infrastructure européenne qui contribue à la gestion du réseau en Belgique. À cet égard, nous pouvons prendre exemple sur un pays tel que la France, où une partie du réseau doit être de fabrication européenne. De cette façon, la France veille à ce que ses riches données (à caractère personnel) restent sur son territoire.

Bruxelles peut devenir le cœur de l’économie numérique, un porte-drapeau de la 5G en Europe, qui porte les valeurs européennes et soit un expert dans les différents domaines relatifs à la transition numérique : esprit d’entreprise, innovation et enseignement numérique, avec un paysage performant en matière de sécurité des données à caractère personnel et des informations d’entreprise, basé sur la vision à long terme selon laquelle les données seront le soutien de notre nouvelle économie.

La prochaine législature (2019-2024) promet d’apporter de nombreuses nouvelles expériences numériques fantastiques dans la vie des citoyens : des voitures autonomes, un sentiment de réalisme accrû dans les concours, réunions et autres événements grâce aux hologrammes 3D, un éclairage de rue intelligent qui diminue lorsqu’il n’y a personne à proximité, des maisons où il ne faut plus rien commander manuellement. Les possibilités pour notre pays, et plus spécifiquement pour la Région bruxelloise, sont infinies et sont à portée de main. Cessons d’hésiter et mettons-nous à en écrire dès aujourd’hui le scénario.

Mots-clés associés : Catégories :