Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus OK
Vous êtes ici : Accueil / Quoi de neuf ? / Cartes blanches / Ambitions numériques pour une Région bruxelloise souveraine et préservée

Ambitions numériques pour une Région bruxelloise souveraine et préservée

Hervé Feuillien, Directeur Général du CIRB
Illustration de l'actualité - cliquer pour agrandir

Hervé Feuillien

Privilégier une vision à long terme est une qualité essentielle pour tout organisme, à fortiori pour le secteur IT dans lequel des perspectives d’évolution technologique doivent être constamment prises en compte.

Depuis sa création, le CIRB a anticipé les changements numériques et apporté des projets novateurs pour la modernisation de nos institutions. Cette fois encore, comme à chaque début de législature, nous publions un Livre blanc qui met en évidence les enjeux technologiques et les évolutions du fonctionnement de notre société. Ce Livre blanc est destiné aux décideurs politiques qui auront la responsabilité de mettre en œuvre l’accord de gouvernement. Il est donc essentiel que la déclaration de politique régionale proposée au Parlement lors de la mise en place de la nouvelle législature prenne en compte les enjeux de la transformation numérique au service de nos citoyens. Ces enjeux fondamentaux, je vous invite à les découvrir dans le Livre blanc 2019-2024.

Parmi ceux-ci, un point en particulier retient ici mon attention. Il concerne un sujet qui touche les fondements mêmes de notre démocratie, à savoir l’hébergement des données stratégiques.
Un choix politique crucial se posera donc : soit on laisse libre court au marché – dans ce cadre, on le sait, la protection de la vie privée ne constitue pas une exigence absolue ; il suffit de voir les contraintes imposées par certains pays pour accéder à ces données, telles le Cloud Act – soit on fait le choix de privilégier l’hébergement dans un environnement souverain, sur le territoire de la Région, garantissant ainsi la capacité de nos institutions à sauvegarder les données stratégiques liées au fonctionnement régional, mais aussi et surtout celles à caractère personnel de nos concitoyens bruxellois.

Il n’est pas acceptable que cette problématique soit escamotée en considérant qu’il s‘agit là d’une question technique, c’est pourquoi nous souhaitons qu’un véritable débat démocratique ait lieu sur ce point, et que la Commission de Contrôle Bruxelloise voit ses pouvoirs étendus de manière à valider un hébergement dans le cloud et à en vérifier l’exécution. C’est à ce prix que nous garantirons notre souveraineté et la protection de la vie privée des bruxellois.

Mots-clés associés : Catégories :