Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus OK
Vous êtes ici : Accueil / Blog / 2017 / 12 / Les femmes dans les filières STEM

Les femmes dans les filières STEM

Illustration de l'actualité - cliquer pour agrandir

Il y a quelques semaines, ma collègue Chantal m’a gentiment proposé d'écrire le dernier post de l’année.

J’avoue : cela n’a jamais été mon fort ; ni parler aux conférences, ni intervenir dans de grandes assemblées ou encore publier sur des blogs.
Confrontée à la « deadline », je me retrouve donc devant une page blanche. Quel sujet vais-je bien pouvoir choisir pour cet article ?

Un an et quelques mois au CIRB, un travail passionnant, des collègues motivés et compétents, des défis nombreux, des journées bien remplies… Parmi les sujets qui m’ont occupée cette année au quotidien, mais également dans mes réflexions, lequel choisir ?

Raconter les différents défis qui nous attendent dans les prochaines années ?

La Digital Transformation dans le service public

Notre propre transformation digitale ainsi que celle de nos clients, avec leurs spécificités, constituent un fameux défi que nous devrons relever, qui touche tous les départements, notre organisation de manière globale, notre manière de penser et de collaborer.

Aller plus loin dans l’innovation

Innover toujours plus et suivre les tendances IT (projets-test sur le blockchain, les chatbot, l’IoT, …) ?

Comment avoir une stratégie d’innovation plus systématique, tout en laissant le temps à chacun de participer à des projets de collaboration tant internes qu’externes, à des « hackatons », d’être partie prenante de cet univers de startups et de citoyens qui réfléchissent à l'utilisation des open data mises à disposition par les administrations publiques ?

Oui, ce sont aussi des sujets importants, auxquels nous accorderons une plus grande attention encore dans le futur.

Data Analytics & Big data

D'autres sujets sur lesquels nous reviendrons certainement : le Data Analytics et le Big data. Le CIRB a un rôle central à jouer dans ce cadre, tant pour améliorer ses propres applications que pour supporter les autres institutions dans leurs analyses de données.

Les femmes et les filières STEM

Mais finalement, non.  Je souhaite vous parler des femmes dans les métiers du digital et de l’IT.
En tant que responsable d’un département IT, et femme travaillant dans des départements IT ou techniques pour la plus grande partie de ma carrière, j’ai souvent été confrontée au fait d'être une des rares femmes assises autour de la table, et ce pour 2 raisons :

  • plus les femmes montent dans la hiérarchie, moins elles sont nombreuses
  • dans les départements techniques, elles le sont encore moins
En cette fin d'année 2017, il continue à être important de mettre en avant la faible représentation des femmes dans les métiers du digital et de l’IT, la faible représentation des femmes dans les filières d’études scientifiques, à l’exception des filières médicales.

Un de mes collègues me disait récemment : « il y en a un peu marre de tous ces événements organisés pour les femmes. Même chez les avocats, ils commencent aussi. Pourtant ils n’en ont pas besoin. ».  Peut-être ; on pourrait le penser.

De certaines études universitaires ou cycles courts, autant de femmes que d’hommes "sortent" par an. Mais là, le problème se situe au niveau du plafond de verre, ce plafond à hauteur variable pour chacune, invisible mais où, d’année en année, de niveau en niveau, passent à travers moins de femmes que d’hommes.Dans les positions de management en général, voire de direction, quel que soit le département, les femmes sont encore en général sous-représentées, alors que la représentativité dans les échelons inférieurs est tout à fait raisonnable. Cette étude de McKinsey l’évoque plus en détail.
Le graphique suivant le montre encore mieux. Les chiffres, valables pour les US, sont tout autant corrects pour l’Europe.

Je profite de cet article pour vous mettre également le lien vers un Ted Talk que j’aime beaucoup de Sheryl Sander, COO de Facebook.  Elle donne 3 conseils aux femmes que je vous livre pour réflexion :

  1. Sit at the table
  2. Make your partner a real partner
  3. Don't leave before you leave

Devons-nous pour autant avoir des quotas ?  Peut-être dans les conseils d’administration ; par contre, à l’intérieur des entreprises, ce n’est pas possible à l’heure actuelle. Si 10, 20, 30% de femmes sortent de filières STEM (informatique, écoles d’ingénieur, …), il est difficile d’imaginer en avoir plus à l’intérieur de l’entreprise. Il faut donc travailler en amont, et avec une perspective à long terme, tant sur le choix des études que sur les stéréotypes.

Assez parlé de la position des femmes en général, et j’espère que je vous ai donné l’envie de lire plus sur le sujet et de regarder certaines choses avec une autre perspective.

Pour les filières STEM (IT, ingénierie, scientifiques), la présence féminine faible l’est à tous les niveaux, vu que le taux d’hommes et femmes n’est déjà pas identique lors des études.
Que veut dire STEM ? Science, Technology, Engineering et Mathematics, un acronyme qui recouvre un large éventail de disciplines en technologie, technique, sciences exactes et mathématiques.

Il y a quelques mois, je lisais dans Datanews un article assez surprenant, indiquant que « les jeunes filles belges s'intéressent plus tardivement aux STEM que dans d'autres pays européens, et abandonnent aussi plus vite qu'ailleurs. » L'enquête entendait essentiellement vérifier pourquoi et quand les jeunes filles perdaient leur intérêt pour les STEM. En effet, en dépit des efforts menés, les STEM semblent toujours attirer un public essentiellement masculin.

En Belgique, la fenêtre d’opportunité où les filles commencent à s’intéresser aux sciences et arrêtent de s’y intéresser est entre 12 et 14 ans, plus courte que dans la majorité des pays européens.

Les raisons évoquées ou analysées pour ce non-choix d’études sont

  • une conviction partagée par la moitié des filles que les garçons sont meilleurs en science ;
  • le fait qu’il manque de représentations concrètes de ce à quoi les sciences servent par rapport au besoin de concrétisation des filles. 

Rajoutons à cela le manque de modèles dans le domaine scientifique ou IT : enseignants, parents, experts, amies… Il est parfois aussi difficile pour des filles de justifier leur choix d’études scientifiques par rapport à leur entourage ou leur groupe d’amies.

En Belgique, nous avons vraiment à travailler dès la maternelle et pas seulement aux Journées Carrière de fin de secondaire, en tant que parents, adultes, professionnels, pour donner et faire garder aux filles le goût des sciences, de l’informatique et du coding. C’est valable aussi pour les garçons d’ailleurs, étant entendu que les filières STEM sont plutôt désertées au profit de filières en sciences humaines ou économiques, à l’heure actuelle.

Il est important de faire découvrir les sciences par l’expérience, des expériences qui touchent le quotidien de nos enfants. Quelques ASBL sont dans le créneau pour donner le goût des sciences, du coding, de la robotique aux enfants, telles La Scientothèque.

Pour l’informatique et le coding, il est tout autant important de le faire vivre dans le quotidien de nos étudiants.  Alors que la technologie est partout, qu’ils utilisent PC, tablettes et smart phones dans leur vie quotidienne, les enfants n’ont pas ou trop peu d’initiation à ces technologies qui les entourent.
Des initiatives comme Coderdojo sont excellentes pour les enfants : un endroit où ils peuvent aller coder avec un parent et où ils sont secondés par des professionnels bénévoles.
D’autres initiatives telles que celle-là pourraient avoir lieu également dans les écoles, pour initier le plus grand nombre. Mais pour cela, il faut qu’il y ait une volonté plus large et politique de former aux sciences et au digital dans l’enseignement.

Il est important également de ne pas oublier les initiatives existantes que nous pouvons soutenir, concernant la reconversion professionnelle des personnes - hommes ou femmes - souhaitant se réorienter vers une filière IT prometteuse d’emploi.  Je citerai ici des ASBL comme LeWagon, BeCode ou Interface3, qui s'adressent à des publics différents, la dernière se focalisant particulièrement sur les femmes.

Que peut-on faire pratiquement, nous qui sommes en IT et femmes ?

Jouer notre rôle de modèle en l’assumant, participer à des journées Carrière, aller parler dans les écoles, expliquer l’intérêt de notre travail et l’amusement qu’on peut en avoir pour préparer nos filles ET nos garçons à faire des études scientifiques ou informatiques.

Quelques autres idées à mettre en application : animer des coderdojo; recevoir des élèves et étudiants pour leur faire vivre notre quotidien; participer à des animations dans le secondaire.  

Et surtout, surtout s’amuser au travail !

Mots-clés associés : Catégories :
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les commentaires sont modérés.

Question: Combien font 10 + 4 ?
Votre réponse:

Tous nos posts