Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus OK
Vous êtes ici : Accueil / Blog / 2017 / 01 / Gare à l'isolement connecté!

Gare à l'isolement connecté!

Smartphone selon le Chat

Smartphone selon le Chat

J’ai eu mon premier GSM à 16 ans : un Nokia 3210 avec une coque rose dont j’étais hyper fière... J’étais une des premières de ma classe à en avoir un. C’était dans les années 90.
Avec ce téléphone portable je pouvais appeler, envoyer des sms (qui s’affichaient sur 3 lignes) et jouer au Serpent (Snake). Il tenait 3 jours sans être rechargé, ne me permettait pas d’aller sur internet et restait de longues heures sur ma commode sans même que je le regarde. Je l’ai gardé des années : résistant aux chocs, waterproof (qui n’a jamais laissé tomber son téléphone dans les toilettes) et super discret !

Ce temps est révolu. Maintenant nous avons tous un smartphone dès le plus jeune âge : ces appareils sont grands (au plus grand est l’écran, au mieux !), se déchargent très rapidement, sont ultra sensibles aux chocs, n’ont plus de clavier (adieu Blackberry !), nous permettent de faire une panoplie d’actions (aller sur le net, regarder ses emails, gps, lecteur de musique, appareil photos, etc.) et le comble c’est qu’ils nous rendent complètement accros.

Je ne fais pas partie de la génération Z, ces personnes qui sont nées avec internet, qui maîtrisent l’utilisation des outils informatiques et qui n’imaginent pas une journée sans publier quelque chose sur les réseaux sociaux. Et pourtant, j’ai l’impression d’y être aspirée sans le vouloir. Ayant oublié mon téléphone pendant une journée à la maison, j’ai eu l’impression d’être amputée d’un bras et me suis sentie isolée du reste du monde. L’addiction s’est fait ressentir !

Des études montrent que nous regardons notre smartphone environ 150 fois par jour. Dès qu’on trouve un petit moment, on se connecte à un monde de données virtuelles, seul tout en étant relié à tout et à tout le monde.
Parce que finalement la problématique est là : notre smartphone nous rapproche des gens virtuellement, nous permet de connaître les derniers déplacements de tel membre de notre famille, nous permet de voir les photos des enfants de la vieille connaissance que nous n’avons plus vu depuis 10 ans, de participer au voyage en solitaire de notre ami en Inde … mais en même temps nous isole du monde réel. En restant connecté à son téléphone, on s’isole de son entourage direct. Combien de gens se lèvent le matin en ayant le même réflexe : regarder son smartphone avant même de dire bonjour à la personne qui partage notre couchette.

Entre la solitude et la vie sociale s’est ouverte une troisième voix : l’isolement connecté.

Or l’isolement social, car cet isolement connecté est une forme d’isolement social, a des impacts directs sur la santé. « Selon une étude britannique publiée en 2010, passer trop de temps seul serait tout aussi dangereux que fumer 15 cigarettes par jour » .

Alors ma bonne résolution en 2017 ne sera pas de faire plus de sport, perdre du poids ou arrêter de fumer mais bien de passer moins de temps sur mon téléphone et plus de temps en contact direct avec ma famille, mes amis et mes collègues.

Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les commentaires sont modérés.

Question: Ecrire "cinq" en chiffre.
Votre réponse:

Tous nos posts