Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus OK
Vous êtes ici : Accueil / Blog / 2015 / 07 / Lectures de vacances

Lectures de vacances

Quand la technologie s’immisce dans la littérature...
Lectures de vacances

Lectures de vacances

Il est des lectures à priori fort peu informatiques et pourtant il est significatif de voir à quel point la technologie peut s’immiscer dans la littérature, à fortiori quand celle-ci s’intéresse à la vie de gens comme vous et moi dans la première moitié du 21ème siècle.

C’est la réflexion qui me vient à la lecture de la trilogie de Virginie Despentes, Vernon Subutex (dont deux volumes sont actuellement parus). Outre une foule de personnages aussi paumés qu’attachants et la description de Paris vécue au plus près, les réseaux sociaux sont presque un personnage en soi, car ils permettent de connecter de façon littérale des personnages au départ dispersés. Comme Despentes le déclare dans une interview « Dans le premier tome, Facebook était une véritable machine fictionnelle, comme un outil dont le personnage principal et l’auteur se servent, l’un pour trouver un toit le soir, l’autre comme ressort dramatique. Le deuxième tome est un roman en forme de sociographe : la visualisation d’un réseau social. »

L’auteur, à l'instar de tous ceux qui sont dans la cinquantaine (et je m’inclus donc dedans), appartient à cette génération qui a connu l’avant internet, et a une conscience très aiguë de ce que cela a bouleversé dans nos comportements de tous les jours. D'autre part, nous sommes encore assez jeunes pour ne pas être tout à fait perdus dans l’emploi de la technologie et chacun cherche à sa manière à se l'approprier, que ce soit via la réanimation du passé (« Dites, vous vous souvenez de ça ? »), le partage du présent ou le forum politique - je n’en veux pour preuve que les discussions enflammées en cours sur la situation en Grèce - le tout avec le recul sans doute dû à l'âge (enfin ça, ça reste à prouver...) .

De la dématérialisation vers la rematérialisation ?

Vernon Subutex peut se lire comme un roman sur les victimes (en l’occurrence un disquaire et des musiciens) de la dématérialisation des supports mais aussi une tentative de recouvrer justement un peu de cette matérialité dans les rapports humains et de ressouder d’abord virtuellement et ensuite concrètement un groupe d’amis que la vie avait séparé. Il y a d’ailleurs un côté délicieusement utopique dans Vernon Subutex… On pourrait y voir un salutaire rééquilibrage consécutif à un temps qui nous a vu nous ruer à corps perdu dans les mondes virtuels !

Mais foin de toutes ces considérations, Vernon Subutex est un sacré bon roman, d'une acuité impressionnante et Despentes, au delà des étiquettes marketing "punk, rock, trash et porno" s'avère une écrivaine (je dirais même plus, une auteure) remarquable.

Sur ce, bon été et bonnes lectures, quelles qu’elles soient !

Vernon Subutex, Virginie Despentes, tomes 1 et 2, éditions Grasset.

P.S. Ce n’est pas un hasard si je lis ce livre sur une liseuse électronique, ce qui permet d’emmener l’équivalent de plusieurs rayons de bibliothèques avec un poids et encombrement minimum....pensez-y avant de boucler vos valises ! 

Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les commentaires sont modérés.

Question: Combien font 10 + 4 ?
Votre réponse:

Tous nos posts