Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus OK
Vous êtes ici : Accueil / Blog / 2015 / 04 / Une réflexion sur « L’internet des Objets » (IdO) ou « Internet of Things » (IoT)

Une réflexion sur « L’internet des Objets » (IdO) ou « Internet of Things » (IoT)

objects connectés

objects connectés

Voilà près de 20 années que le terme « internet des objets » est apparu !
Mais de quoi s’agit-il donc ?
Après toutes les évolutions apparues au niveau d’internet depuis sa création, avec notamment l’avènement de l’internet mobile, l’internet des objets consiste en un changement de paradigme : faire évoluer un réseau de PC’s interconnectés vers un monde où ce serait les objets qui seraient interconnectés. Une entrée dans un « Internet du Futur » où les machines (objets) apprendront à anticiper, à communiquer, à percevoir, … de manière à nous permettre de répondre aux problèmes et défis qui se présentent à nous. Un nouvel internet qui devrait permettre aux objets autour de nous d’échanger des données entre eux et surtout avec les humains. On parle entre autres de connexion d’objets à personnes, d’objets à objets, et encore de machines à machines (M2M).

Imaginez seulement … Votre fils se rend à l’école; aujourd’hui, c’est cours de math et il a besoin de son livre. Et zut, il l’a oublié à la maison. Catastrophe... Et bien non, grâce à l’Internet des Objets (et j’avoue que l’exemple est poussé un peu loin), on pourrait imaginer que le livre de math soit équipé d’une puce qui le connecte au réseau. Etant connecté au réseau, il peut très bien entrer en connexion avec l’agenda de votre fils et lui envoyer une alerte lui indiquant qu’aujourd’hui il y a cours de math. Le livre pourrait donc envoyer une alerte sur le smartphone de votre fils et lui rappeler dès son réveil : « Cours de math aujourd’hui !!! Me prendre dans ton sac ! ».  
En fait, tout ceci devient possible par l’utilisation des technologies RFID et par l’utilisation de capteurs intelligents mis en réseaux. En ajoutant des étiquettes RFID aux objets, on pourra les mettre en réseaux. On parle alors d’étiquettes sur des produits, des cartons, des containers de transport, des palettes, des pneus, des produits pharmaceutiques, les médicaments, les armes, les devises, … , les animaux, … et les gens ! Et de la même manière, on pourra mettre en réseau de l’information, en ajoutant dans ce réseau, un réseau de capteurs pour mesurer la température, la localisation, la vitesse, la direction, les intrusions, l’altitude, la pression, la lumière, la composition chimique, … Tout se mettra en réseau, les capteurs et les RFID permettant de suivre l’état des objets, de remplacer les sens humains pour mieux nous informer : en quelque sorte, un pont entre le monde physique et un monde virtuel.

L’Internet des Objets consistera en un monde de données (énormes) qui, si elles sont exploitées correctement, contribueront à répondre aux problèmes d’aujourd’hui, notamment dans le domaine aérospatial et de l’aviation, dans le domaine automobile, dans ceux des télécommunications, des bâtiments intelligents, de la santé et des technologies médicales, de l’autonomie des personnes, des secteurs pharmaceutiques, de la logistique et de la gestion des chaînes d’approvisionnements, de la fabrication et de la gestion du cycle de vie des produits, dans les domaines de la sécurité, de la sûreté, de la surveillance de l’environnement, de la traçabilité alimentaire, de l’agriculture e tde l’élevage, ….

Dans un monde où nous avons déjà l’impression d’être connectés en permanence, l’Internet des Objets ne va que renforcer cette tendance vers « l’ubiquité » : être accessible et disponible partout et à chaque instant avec, en plus, une technologie qui sera omniprésente et intrusive dans notre vie future.

Mais de nombreuses questions se posent : qui va gérer les identificateurs pour tous ces objets ? Qui va contrôler l’information ? Qui aura accès à cette information et quand ? Faut-il laisser uniquement ce domaine entre les mains du secteurs privé ? Comment s’assurer que ces technologies seront acceptées par les utilisateurs, lorsque l’on voit les risques de non-respect de la vie privée ? Quid des fuites de données, des erreurs d’identité, des vols d’identité ? Est-ce que la vie privée et l’identité deviendront des « commodités » ? Serons-nous nous-mêmes taggés avec une puce et partie intégrante de ce réseaux d’objets connectés ?
Un proverbe dit que « Pour vivre heureux, il faut vivre cachés … »; Est-ce que ce sera encore possible ?
Je vous laisse y réfléchir...
 

Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les commentaires sont modérés.

Question: Combien font 4 + 4 ?
Votre réponse:

Tous nos posts