Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus OK
Vous êtes ici : Accueil / Blog / 2015 / 03 / L’open data à Bruxelles, mis en exergue par IBM !

L’open data à Bruxelles, mis en exergue par IBM !

collaboration

collaboration

Ce 12 mars, en présence de la Secrétaire d’Etat Bianca Debaets et du Ministre Smet, IBM présentait un rapport sur la mobilité à Bruxelles. Dix recommandations tracent des pistes à suivre, proposées par le groupe informatique ! Comment expliquer l’intérêt d’IBM pour ce domaine ? Et dans quel cadre fut réalisée cette analyse ?

En juillet 2014, Bruxelles Mobilité se voyait sélectionné par IBM pour la réalisation d’une étude sur la mobilité à Bruxelles. L’analyse s’est faite en trois semaines, par 6 consultants seniors, mandatés dans le cadre d’un axe philanthropique de la firme américaine : l’étude est estimée à 470.000 € et les frais sont pris en charge par la société informatique. A noter : un seul des consultants disposait d’une expertise en matière de smart mobility !
Durant trois semaines, les six consultants ont parcouru la ville, usant des divers modes de transport. Et ont interviewé 39 personnes, représentatives de divers secteurs. Un petit sondage, complété par plus de 500 personnes, a également nourri la réflexion.
Les résultats préliminaires viennent d’être publiés ce jeudi 12 mars. Ils seront peaufinés dans le rapport final qui sera publié dans quelques mois.

De manière succincte, IBM trace un tableau de la mobilité à Bruxelles. Et avance 10 recommandations, structurées en 4 thèmes : l’Open data, l’infrastructure, l’expérience de mobilité et la gouvernance. Nous n’allons pas ici parcourir chacun de ces aspects, qui seront développés dans le rapport final. Par contre, il est opportun de s’arrêter quelque peu sur les deux premières recommandations concernant l’open data. Celles-ci figurent en première place de la liste des recommandations. Certes, les consultants d’IBM portent sans doute une attention particulière à cette thématique, peut-être plus proche de  la problématique IT. Quoi qu’il en soit, les deux recommandations sont considérées comme ayant un impact élevé, une difficulté faible à moyenne et un coût limité …

Mais que propose IBM à cet égard ?

D’une part, implémenter un cadre pour l’open data en support de la mobilité, comprenant un gestionnaire unique de données en mobilité, pour définir des standards, des  formats de données, des mécanismes de récolte et des processus qualité. D’autre part, favoriser les technologies mobiles en impliquant les citoyens et l’accès aux données en temps réel.

Les bénéfices attendus seraient l’amélioration de la gestion du trafic, une meilleure planification, une implication du citoyen, le développement d’un nouvel éco-système ainsi que la création d'une base indispensable pour le développement du transport multi-modal. Accessoirement, un bénéfice économique pourrait être envisagé via la vente de données (mais sur ce dernier point, rien n’est moins sûr).

Cette étude s’inscrit dans la lignée des initiatives du CIRB en matière de smart city. En effet, les recommandations d’IBM concernant l’open data recoupent parfaitement les propositions faites par le CIRB dans le Livre Blanc.  En termes d’objectifs, le CIRB plaide pour l’ouverture des données publiques, sur base d’une licence open data unique, ainsi que le développement d’applications mobiles exploitant les données en temps réel, la cartographie, la géolocalisation et les données renvoyées par les utilisateurs. Concrètement, le CIRB s’est fixé des indicateurs de performance en ces domaines, pour mesurer l’état d’avancement au cours de la législature.

L’étude réalisée par des consultants externes se calque donc sur nos recommandations.  On ne peut que se réjouir de la cohérence qui se met peu à peu en place : la transition numérique à l’agenda du gouvernement s’incarne dans diverses initiatives qui se renforcent mutuellement.
Ceci étant, le défi en matière de données est colossal. Il ne s’agit pas seulement de les déclarer disponibles ! IL faut créer un cadre adéquat pour les structurer, les standardiser, en vérifier la qualité, les publier et les rendre accessibles au travers de web services. L’approche ne doit pas se limiter à la mobilité – qui est un axe essentiel (tous les bruxellois et les navetteurs peuvent en témoigner !) – mais aussi à d’autres thématiques. Du travail sur la planche donc, mais source de services utiles aux citoyens !

Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les commentaires sont modérés.

Question: Combien font 4 + 4 ?
Votre réponse:

Tous nos posts