Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus OK
Vous êtes ici : Accueil / Blog / 2014 / 06 / Un « remue-méninges » cela vous dit ?

Un « remue-méninges » cela vous dit ?

Une technique fort efficace, utilisée par bien des équipes de projets
Un mur de post-it

Un mur de post-it

 

Comme nos amis canadiens aiment bien l’appeler, le « remue-méninges » ou brainstorming est une technique désormais répandue et utilisée par bien des équipes de projets dans le monde. Beaucoup de personnes la décrient car ils la comparent à un délire, à une réunion incontrôlée et  incontrôlable. Pourtant, il s’agit d’un outil simple et très pratique pour aller chercher des idées hors des chemins traditionnels. De plus, elle permet la participation de tous, quels que soient les niveaux d’implication ou les degrés de responsabilité.

Quels sont les principes à la base d’un bon brainstorming ?

Le premier principe consiste à « différer le jugement » : on évite tout jugement et donc, par la même occasion, toute censure. Bien qu’une idée puisse paraître étrange, on la conserve tout en sachant qu’à un moment donné, un jugement devra être porté et une décision prise.
Le second principe consiste à « récolter un maximum d’idées » : on recherche la quantité ! Statistiquement parlant, plus on aura de propositions, plus on aura la chance de trouver la bonne idée parmi celles exposées.
Le troisième principe est certainement le plus important ; il consiste à « favoriser les associations d’idées ». Le travail en groupe stimule cet aspect : les idées générées en entraînent d’autres ; en les associant, le processus de création se poursuit. C’est ici qu’intervient, de manière prépondérante, la personne qui joue le rôle d’animateur de la réunion. C’est à lui de créer les échanges, de les stimuler, tout en faisant respecter des règles de fonctionnement (permettre à tous de s’exprimer, de manière égale, sans jugement).

La réunion doit se passer en deux phases. Durant la première, un maximum d’idées sont générées sans être détaillées, mais en s’assurant de créer des associations entre elles. Durant la deuxième phase, on prend le temps de la réflexion. Les propositions faites sont approfondies, détaillées afin de permettre à tous de bien les comprendre et, bien entendu, de les exploiter.
Pour une question posée, un bon brainstorming génère 5 à 10 idées détaillées et argumentées, ainsi qu’une liste d’autres idées non développées.
Voilà décrite, de manière succincte, une technique très efficace qui ne demande qu’à être utilisée. A vous de jouer, donc, et bon « remue-méninges » !

 

Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les commentaires sont modérés.

Question: Combien font 10 + 4 ?
Votre réponse:

Tous nos posts