Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus OK
Vous êtes ici : Accueil / Blog / 2014 / 06 / Smart Home et énergie électrique

Smart Home et énergie électrique

Quel rôle pour les objets connectés dans une logique Green IT?
énergie verte

énergie verte

 

La production d’électricité suscite grand nombre de débats passionnants : faut-il continuer à exploiter l’énergie nucléaire ? Quid des sources « vertes » comme l’éolien ?

Dans ces débats, il est encore peu question de la consommation : chaque producteur et distributeur s’évertue à prédire la consommation, le plus précisément possible, en exploitant des calculs mathématiques très compliqués comme les « systèmes neuronaux ». Ces systèmes tiennent compte de la météo, des congés scolaires, du profil de consommation renseigné par les industries grosses consommatrices, et des habitudes des consommateurs résidentiels.

L’exercice d’équilibriste des producteurs et des distributeurs consiste à satisfaire à tout moment le besoin, le profil de consommation, en fonction des sources disponibles, notamment :

  • l’électricité éolienne ou photovoltaïque, qui souffre d’un gros défaut : comme le soleil ou le vent, elle n’est ni stable ni garantie, elle est juste prévisible dans une certaine mesure;
  • l’électricité nucléaire ou thermique (hors gaz et diesel), prévisible et stable, n’absorbe pas les pics de consommation;
  • les turbine à gaz : le nec plus ultra : ça démarre en quelques secondes pour fournir un appoint en cas de « pic » de consommation.


Si la proportion d’électricité verte augmente, l’équilibriste aura bien plus difficile, à moins de lui donner un nouveau levier : pouvoir influencer instantanément la consommation d’électricité, ne plus se contenter de la prédire, ou de l’influencer globalement comme avec les compteurs bi-horaires.

Et c’est là que les objets connectés d’une « smart home » peuvent jouer un rôle ! Imaginons :

  • un lave-linge ou un séchoir intelligent, dont le distributeur d’électricité pourrait retarder le démarrage/suspendre l’activité en cas de pic ;
  • une voiture électrique qui, en charge, restituerait temporairement de l’énergie au réseau, pourvu que son propriétaire ait indiqué quand il en aura l’usage (ou un usage exceptionnel, comme un départ en pleine nuit) ;
  • Un aspirateur ou un chauffage électrique qui se mettraient en basse puissance pendant les pics de consommation ;
  • le chauffage de l’eau sanitaire en période de creux.


Mais seriez-vous prêt à abandonner une fraction du confort d’une électricité toujours disponible à volonté ?
 

Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les commentaires sont modérés.

Question: Combien font 10 + 4 ?
Votre réponse:

Tous nos posts