Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus OK
Vous êtes ici : Accueil / Blog / 2014 / 01 / Leadership et sagesse

Leadership et sagesse

Concilier philosophie et management, un tremplin vers la performance?
Un homme aide un autre lors d'un exercice d'escalade

Un homme aide un autre lors d'un exercice d'escalade

 

L'an dernier, je me suis inscrite à une formation sur un thème éminemment attractif : la philosophie et le management. La dernière séance à laquelle j'assistai posait la question du développement du leadership avec sagesse.

La définition business du leadership, presque caricaturale, a d'abord été exposée. Le plus bel exemple était celui posé par Zenger-Folkman, qui reprenait pas moins de 17 compétences à maîtriser, dans des thèmes tels que le caractère, la capacité personnelle, le focus on results, les skills interpersonnelles ou encore le leading change. Rien que des beaux mots anglais… Une superbe vidéo présentait le leader d'aujourd'hui comme la nouvelle star, style assez américain avec de la musique rock, beaucoup de mouvement et des flashs... Paradoxalement - ou non finalement - le monde est également décrit par une abréviation (en anglais bien entendu) : VUCA. J'appris alors une nouvelle expression : volatile, uncertain, changing & ambiguous.

Après toutes ces mises en jambes, viennent alors les interrogations… Combien de profils doit-on avoir finalement ? Comment aligner son leadership avec celui de sa hiérarchie ? Comment aligner (ou réconcilier) son sens personnel et son sens professionnel ? Comment garder la maîtrise de soi ? Où tirer son énergie ?

Le leader est-il surhumain ? 

Si l'on s'en tient à ce seul concept, peut être… Nous nous sommes alors intéressés au deuxième thème de la séance : la sagesse, avec ses dimensions et les composantes qui l'alimentent, comme la connaissance de soi, des principes de vie, l'éthique, le détachement, l'inspiration, l'intuition et - ce qui m'a beaucoup parlé -  l'alignement tête-cœur-corps.

Le leader est humain, il a ses forces et ses faiblesses, comme tout le monde. S'il applique son leadership avec sagesse, avec sa tête mais aussi son cœur, il arrivera sans doute mieux à allier bonheur et performance. Deux notions incompatibles ? Je ne pense pas, bien au contraire : viser la satisfaction de ses collaborateurs et leur motivation est un tremplin vers la performance.

J'ai longtemps été persuadée que le contenu est plus important que la forme pour arriver à un objectif. A force d'expériences, et peut être d'un peu de sagesse, je me rends compte que l'humain est la clé.

 

 Si vous n'en êtes pas encore convaincus, posez-vous la question: comment souhaiteriez- vous, un jour, que l'on se rappelle de vous en tant que leader ?

Olivier
Olivier a écrit :
21/01/2014 17:09

Vraiment intéressante cette approche humaine ... Tête cœur corps.. À creuser ! Faisaient-ils la différence entre manager et leader ??

Nathalie Pigeolet
Nathalie Pigeolet a écrit :
29/01/2014 14:14

La différence n’a pas vraiment été abordée mais le leadership est différent du management: le leader est plus ‘inspirant’ tandis que le manager est plus ‘opérationnel’ et se retrouve en général dans une fonction hiérarchique.
La conclusion pourrait être celle-ci : le manager devrait aussi être un leader!

Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les commentaires sont modérés.

Question: Combien font 4 + 4 ?
Votre réponse:

Tous nos posts