Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus OK
Vous êtes ici : Accueil / Blog / 2013 / 11 / La smart city ne se construit qu’avec ses habitants

La smart city ne se construit qu’avec ses habitants

La ville intelligente doit se connecter à ses réalités sociologiques, autrement dit au « monde réel »...
le logo de la ville de Medellin

le logo de la ville de Medellin

 
La ville intelligente ne doit pas seulement se connecter au sens technologique mais aussi, et ce n’est pas le moindre de ses défis, à ses réalités sociologiques, autrement dit au « monde réel » où vivent les « vrais gens » pour reprendre ces expressions dans l’air du temps.

Le concept de smart city est sur toutes les lèvres et dans tous les esprits dès lors qu’il s’agit de (re)penser le développement de la ville. Bien entendu, l’effet de mode et de marketing n’y est pas étranger. C’est inévitable s’agissant d’un marché estimé par le cabinet Pike Research à quelque 15,5 milliards d’euros à l’horizon 2020 et sur lequel se bousculent les géants (Cisco, Thales, IBM, Microsoft…) comme les startups.
Ce serait pourtant une erreur, sous ce prétexte, de jeter le bébé avec l’eau du bain. Les villes ont réellement à gagner à accomplir leur mue en territoires intelligents. Prenez Medellin. Oui, la capitale colombienne des narcotrafiquants, épicentre des toutes les formes de violences, a entamé sa reconversion en « ciudad inteligente », sur la base d’une stratégie cohérente en 4 axes : l’open data, la participation citoyenne, l’innovation sociale et la durabilité.
Medellin a récemment décroché le titre d’lnnovative city of the year, décerné par le Urban Land Institute, le Wall Street Journal et Citigroup. Au nez et à la barbe, notamment, de New York. Excusez du peu ! Et c’est à Medellin, encore, que s’est tenu en septembre dernier le Smart City Expo World Congress 2013.

"Going from pain and fear to hope"

Le maire de Medellin ne cache pas le passé trouble de sa ville pour vanter les progrès réalisés :

« Despite having lived very dark and difficult times 20 years ago, we have been undergoing a true metamorphosis. Going from pain and fear to hope, and now form home to a place filled with life, the city has known how to innovate in every step, both in social programmes, urban development or the combination of both, and this has been key in the success of this process. » (Cities Today, N° 11, mars 2013)
Ce dialogue entre les dimensions sociales (82 % du budget municipal est dédié à des projets sociaux) et technologiques mis en place par Medellin constitue une best practice commune à de nombreuses smart cities. Pour combattre son insécurité record, Medellin s’est donc concentrée sur le citoyen et, notamment, sa peur de s’aventurer hors de chez lui. Des projets majeurs comme la construction d’un réseau de téléphériques désenclavant ses quartiers les plus sensibles ou l’ouverture de la « biblioteca España », dont le bâtiment ultramoderne mais construit avec les mêmes briques que celle du bidonville voisin symbolise de la reconquête de la ville par la ville, ont voisiné avec des initiatives plus locales en vue de (re)tisser du lien social en aménagement des espaces publics sécurisants (125 000 m2), en investissant dans des crèches et des infrastructures culturelles ou sportives.

Cela produit-il des résultats ? Outre que Medellin a acquis aujourd’hui une tout autre reconnaissance internationale qu’il y a 20 ans et bien inimaginable alors, ses 700 000 jouissent aujourd’hui d’une ville où la criminalité a reculé de 30 % tandis que les membres des gangs urbains voient naître d’autres perspectives de vie que la criminalité. Impossible à faire à Bruxelles ?

Signe des temps changeants à Medellin : l’expression « ville la plus innovante » talonne désormais celle de « ville dangereuse » dans les termes de recherches suggérés par Google

 

Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les commentaires sont modérés.

Question: Ecrire "cinq" en chiffre.
Votre réponse:

Tous nos posts